31/07/2006

 

01:53 Écrit par Jean-Paul dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

 

01:51 Écrit par Jean-Paul dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

28/07/2006

Voilà ce qui m'est arrivé aujourd'hui...

En fin de matinée, je sors pour jeter quelque chose à la poubelle et  j'en profite pour respirer un bon coup l'air qui est nettement meilleur lorsque je suis soudainement attiré par des petits cris venant du jardin.

 

Je me dirige vers le jardin et j'aperçois deux de mes chats qui rôdaient, l'air très désintéressés...

Je me suis dis, probablement une souris ou un...rat, le poulailler n'étant pas très loin, c'est plausible...

 

Je continue mes "investigations" et je vois quelque chose de minuscule se faufiler très vite sous les plantes et les herbes, impossible de voir ce que c'est, je fais attention où je mets les pieds, je regarde partout et  je ne vois plus rien bouger...quand aux deux chats, eux, ils savaient très bien où aller dénicher l'objet de leurs convoitises; je pense qu'ils n'attendaient qu'une seule chose : que je parte illico presto...!

 

Mais plus rusé que Goupil, je continue à fouiner et que vois-je camouflé  sous une plante, une petite boule de poils avec du noir et du...jaune !

 

Eh bien oui, tant pis pour les chats, je suis arrivé à pas de velours et je l'ai saisi dans ma main : c'était un caneton qui venait à peine d'éclore !

 

Pour une surprise, c'est une surprise !

 

Bon, très bien, mais maintenant où est Maman Cane ?

 

J'ai beau chercher, ce caneton est tout seul, lui avait l'air perdu, désemparé; il était tout joyeux dans le creux de ma main...!!!

 

Pas de Maman Cane, d'où vient-il ?, comment est-il arrivé-là ?

 

Enfin, ayant acheté récemment une cage de transport pour...chats, eh bien,  je l'ai installé dedans bien confortablement, car il y avait déjà un...coussin et il s'y est plu de suite. J'ai quand même pris la précaution de placer un morceau de fil de clôture grillagé à la porte, car les chats n'abandonnaient pas autant l'espoir de s'en faire un petit repas.  J'en ai même surpris un qui l'avait déjà attrapé avec ses griffes et qui essayait de le faire passer par la grille...sauvé de justesse !

 

Je lui ai mis un peu d'eau, et je suis parti lui chercher de la nourriture adaptée pour poussins.

Restait un problème : où le mettre en sécurité ???

Après mûres réflexions, j'ai décidé de le laisser dans une partie de la maison à l'abri des...chats et maintenant...il peut dormir sur ses deux...oreilles si je puis dire...

Et maintenant, il me remercie à sa façon avec pleins de Tchip...tchip...tchip...!!! (où quelque chose comme ça...) loll.

Me voilà donc maintenant assigné à de nouvelles fonctions :              Papa Canard : NON, on ne rigole pas...!!! (loll)

 

J'espère de tout coeur vous donner de très bonnes nouvelles dans quelques jours...!!!

 

 

Jean-Paul.

 

23:50 Écrit par Jean-Paul dans Divers | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : caneton - poussin |  Facebook |

TRES URGENT !

Je viens de découvrir sur le blog "Pour ne jamais oublier Lola, et les autres..." l'annonce suivante : PITCH croisé, Berger de 10 ans doit être adopté pour le 31 juillet" donc, pour dans deux jours.  Sinon, il sera euthanasié !!!

Si quelqu'un pouvait faire quelque chose pour lui, ce serait formidable !

Ce blog est dans ma liste de liens, tout en dessous ! Merci.

22:36 Écrit par Jean-Paul dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/07/2006

Je vais partir pour le Paradis des Animaux...

Voici le texte reçu de Héloïse (Le tourbillon des jours) qui me l'a gentiment fait parvenir et  dont je vous fais part :

 

J'entends des pas ...
je vais mourir !


Il me reste peut-être un ou deux jours à vivre.
Personne n'est venu ... Je sais, je vais mourrir.
Dans ma tête de chien, y a tant de souvenirs
Et j'étais si heureux au temps où j'étais libre...
Je vous aimais depuis presque une vie entière
Six ans, je m'en souviens, et c'était merveilleux
Vous m'avez "balancé" à travers la portière
Et je n'ai pas compris. C'était peut-être un jeu ...
Vous avez disparu au loin sur l'autoroute
Et je suis resté seul, me traînant au fossé
Le coeur désespéré et l'esprit en déroute,
Gémissant de douleur sous ma patte cassée ...
J'ai fini au refuge où j'attends chaque jour
Qu'on vienne me chercher pour tout recommencer...
Je ne vous en veux pas. J'ai pour vous tant d'amour
Qu'on sera bien chez nous comme par le passé...
Le nuit tout doucement a envahi ma cage ...
C'est vrai, je vous aimais et je vous aime encore
Je ne dormirai pas et j'attendrai l'aurore
En guettant tristement à travers le grillage
Et puis, quoi qu'il arrive, n'ayez pas de remords,
Au bout de mon amour, je vous offre ma mort
Vous pouvez à loisir vous dorer sur les plages
J'entends venir quelqu'un ...
Il vient d'ouvrir ma cage. ...


23/07/2006

Lettre à mon maître

Voici, une magnifique lettre que Cocodolly (Mes aurores roses) m'avait fait parvenir et que je vous laisse sur mon blog (je la remercie de tout coeur) et je lui demande encore de bien vouloir m'excuser pour cet oubli, voilà qui est réparé...

Je remercie aussi Pascal (La vie est belle) qui me l'avait également fait parvenir).

 

                                    LETTRE A MON MAITRE

Ce matin tu étais déjà debout et tu Faisais tes bagages. Tu as pris ma laisse
Que j’étais content ! Une petite sortie!
Avant les vacances ! On est partis en
Voiture, tu t’es arrêté au bord de la
Route, la portière s’est ouverte et tu
As lancé un bâton…


J’ai couru, couru, je l’ai attrapé, mais quand je suis retourné
Tu n’étais plus là !…Pris de panique, j’ai tourné dans tous les sens
Pour te retrouver, mais ce fut en vain…

De jour en jour, ,je m’affaiblissais. Un homme s’est approché de moi,
M' a mis une laisse, et je me suis retrouvé en cage.

C’ est là que j’ai attendu ton retour, mais tu n’es jamais venu.
La cage s’est ouverte, mais ce n’était pas toi, ç’était cet homme qui
M’ avais ramassé.

Il m’a conduit dans une pièce qui sentait la mort…
J’ ai compris que mon heure était venue !

Cher maître il n’y a pas de mots pour qualifier cet horrible geste Mais je veux que tu saches, que malgré ce que tu m’as fait, c’est
Ton image qui me revenait jusqu'à mon dernier soupir.

Et tu vois , si je pouvais revenir sur terre,
C’est vers toi que je courrais, car moi je t’aimais !

Tu m’avais prénommé « TRESOR », et à cause de toi ,
Mon prénom maintenant, c’est « MORT »


Pensée : Vous qui avez un grand coeur, je vous demande d'avoir une pensée pour tous ces malchanceux qui n'auront pas eu la chance d'accompagner leurs maîtres en vacances et que pour beaucoup d'entre-eux, leur petite vie s'est déjà arrêtée ou s'arrêtera dans les jours à venir...

 

Pauvres petits êtres, qui n'avez rien fait pour mériter cela et pourtant  victimes de maîtres égoïstes, indignes et méchants, soyez heureux auprès de vos congénères au Paradis des Animaux.

Votre Ami.

 

21/07/2006

Le chien errant

Je suis un pauvre chien couleur muraille

Qui se faufile dans la cohue et la grisaille

Les gens me disent 'Va-t-en, sale chien !'

Et me considèrent comme moins que rien

D'autres pensent que je suis heureux d'être en liberté

Alors que je suis seulement triste et affamé

D'autres encore me chassent à grands coups de pied

Et moi, il ne me reste plus qu'à détaler

 

Je ne suis pas né pour errer sur les chaussées

Quand j'étais jeune, j'avais une litière ouatée

Ne croyez pas non plus que je me suis égaré

Ou que mon maître se soit tout à coup ruiné

Un jour,  je suis simplement devenu  un poids

Alors, on s'est rapidement débarrassé de moi

Même l'asile, c'était encore trop leur demander

Un chien, disent-ils, est assez grand pour se débrouiller

 

Depuis lors, je mène une lutte quotidienne pour survivre

Vous n'imaginez pas quels combats je livre

Quand j'ai de la chance, je me nourris ici et là

D'un fond de poubelle, des restes d'un repas

La vie d'un chien errant est souvent dure

On me chasse quand je fouille les ordures

Et quand j'ai de la chance de trouver un morceau de choix

Je dois souvent le partager avec de plus affamés que moi

 

Car je ne suis pas seul à errer dans la cité

Bien d'autres chiens n'ont plus de foyer où aller

Combien sommes-nous à endurer ce calvaire

Et à avoir été chassés par notre propriétaire ?

Je ne suis pas né pour errer sur les chaussées

Mais j'ai appris à ne jamais désespérer

Et j'espère bien ne pas finir ainsi mes jours

Demain, sûrement, je trouverai un ami pour toujours

 

 

Texte trouvé dans une revue parlant de nature et d'animaux, malheureusement, j'ai oublié de noter les références à l'époque.